Comment choisir vos nouvelles fenêtres?
+
Voir la réponse

Il n’y a rien qui ressemble plus à une fenêtre qu’une autre fenêtre… Jusqu’au jour où quelques visites chez les manufacturiers vous amènent à penser exactement le contraire! Plusieurs termes techniques, à commencer par le PVC et le verre énergétique compliquent le choix. Pour vous aider à y voir clair, voici les questions les plus couramment soulevées.

Est-il possible de comparer les fenêtres de PVC, d'aluminium et de bois?
+
Voir la réponse

Oui, et même très facilement. En effet, au Canada, toutes les grandes marques de fenêtres ont une référence commune : la norme A-440 de l’Association canadienne de normalisation (ACNOR). Pour porter le seau A-440, les fenêtres sont soumises à différents essais de laboratoires indépendants approuvés par l’ACNOR. Les principaux résultats sont résumés à l’aide des Cotes A, B et C. Le profane comme l’expert peut ainsi, facilement, interpréter ces cotes pour juger de la performance des fenêtres de tous genres. Vous pouvez, par exemple, vous servir de la cote A pour savoir laquelle, d’une fenêtre coulissante ou d’une fenêtre à battant, est la plus étanche à l’air. Vous pouvez aussi, de la même manière, interpréter la cote B pour déterminer si la fenêtre de bois d’un fabricant vous protège mieux contre l’infiltration d’eau que la fenêtre de PVC d’un autre.

Vous l’aurez deviné, l’étanchéité à l’air et à l’eau sont les deux principaux critères de performance à considérer à l’achat de fenêtres. À cela s’ajoutent les essais de résistance aux surcharges dues aux vents, lesquels nous donnent une idée de la robustesse des fenêtres, puisque l’on mesure la pression d’air que celles-ci peuvent supporter pendant une minute sans qu’il n’y ait de déformation permanente d’aucune de leurs parties.

En quoi consistent les tests ?
+
Voir la réponse

Il existe trois types de tests :

  1. Air
  2. Eau
  3. Charge

Chaque test possède un minimum et un maximum requis, ce sont les niveaux d’acceptation.

  1. Air : Niveau 1 – 2 – 3
    Le niveau 3 est le minimum et maximum acceptable sur le marché.
  2. Eau : Niveau 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7
    Ce test est le plus important des trois.
    Le minimum requis sur le marché est le niveau 3.
  3. Charge : Niveau 1 – 2 – 3 – 4 – 5
    Le niveau 3 est le minium acceptable sur le marché.
    Une fenêtre qui a comme cotes A3, B3, C3 est considérée comme un produit acceptable sur le marché.
    Une fenêtre qui a comme cotes B3, B7, C5 est considérée comme l’une des meilleures fenêtres sur le marché Nord-Américain.
De quoi est fait le PVC ?
+
Voir la réponse

Le PVC est constitué d’une résine qui est une matière première obtenue dans des complexes pétrochimiques. Constituée d’éthylène et de chlore, la résine se présente sous forme de fine poudre blanche semblable à du savon à lessive. On parle aussi parfois de granules, ce qui est du pareil au même. Cette résine est par la suite mélangée avec différents additifs (blanc de titane, durcisseur, etc.) pour donner ce que l’on appelle un composé.

Selon les additifs et les concentrations choisis, on obtient les propriétés recherchées : rigidité, opacité, résistance aux rayon ultraviolets, non corrosif etc.

À l’étape de l’extrusion, on déverse le composé dans un entonnoir où il est frictionné par une vis sans fin à haute température. La pâte en fusion est ensuite expulsée au travers d’orifices sous forme de longs » boudins » de géométrie complexe. Ces boudins sont ensuite refroidis dans des calibreurs et deviennent, une fois coupés, des profilés de fenêtres.

La fenêtre de PVC
+
Voir la réponse

Parfaitement étanche, la fenêtre de PVC est composée d’un matériau de plastique sans entretien qui absorbe bien les chocs mais qui ne permet pas un grand choix de couleurs. La seule façon d’obtenir du PVC de couleur est de le peindre.

Le prix de la fenêtre de PVC se situe à mi-chemin entre le prix de la fenêtre de bois et celui de la fenêtre d’aluminium.

Le verre énergétique est-il indispensable?
+
Voir la réponse

Avec toute la fenêtre qui démontre une bonne étanchéité, le verre énergétique devient un complément logique, car ce sont les fuites d’air autour des fenêtres et les pertes de chaleur à travers les vitrages qui déterminent la performance thermique des fenêtres.

Autrement dit, si vous achetez des petites fenêtres coulissantes de sous-sol plus ou moins étanches, il ne sert à rien de les assortir du verre le plus performant.

Par contre, avec une fenêtre très étanche, la présence d’un verre énergétique se fera réellement sentir. Vous profiterez d’un plus grand confort à proximité des fenêtres, moins de condensation se formeront sur les vitres et la facture de chauffage pourra diminuer de 10 %.

Allons plus loin. Depuis que les ingénieurs d’Énergie, Mines et Ressources Canada ont mis au point la valeur RE, qui permet d’évaluer le rendement énergétique global des fenêtres, on se rend compte que sans verre énergétique, une fenêtre ne peut assurer une bonne protection thermique. Mais étant donné que peu de fenêtres ont reçu une valeur RE, tenez plutôt compte de la valeur isolante des vitrages lors de votre sélection. Dans le cas du verre énergétique, elle varie autour de R-2.8 ou R-4.2.

Faire une fenêtre dans un mur
+
Voir la réponse

L’ouverture d’une fenêtre dans un mur doit être faite correctement pour éviter que le bois de la charpente ne courbe avec le temps. Les montants, le linteau et l’allège, aussi appelée appui de fenêtre, doivent être cloués de manière à éviter que le gauchissement déforme l’ouverture et ainsi la fenêtre.

Les montants sont doublés pour plus de rigidité. Le linteau est la partie du dessus de la fenêtre qui soutient la structure au-dessus et l’empêche de descendre lors du gauchissement. L’allège, souvent appelée « appui de fenêtre », forme le bas de la fenêtre. Il faut prévoir un pouce de plus pour permettre d’ajuster la fenêtre et de la fixer avec des cales.

Pour un mur extérieur, un linteau de bois de charpente d’épinette de 2×6, 2×8 ou 2×10 est utilisé pour lui donner une bonne force. On en place un de chaque côté du mur à l’égalité de la charpente pour pouvoir installer le chambranle. On isole l’espace entre les deux pièces du linteau avec de la laine minérale ou de la mousse isolante ou autre matériau isolant.

Les montants doubles, linteaux et allège de la fenêtre sont à assembler solidement avec des clous vrillés. Ainsi, les pièces de l’ouverture de la fenêtre ne bougeront pas lors du gauchissement. Vous pouvez installer la fenêtre et le revêtement des murs extérieurs.

Isoler le cadre des fenêtres
+
Voir la réponse

Dans la charpente d’un mur, l’ouverture pour recevoir la fenêtre est plus grande que le cadre de fenêtre pour permettre de l’ajuster correctement. On prévoit habituellement 1 pouce de plus et on utilise des cales pour fixer le cadre. Il faut donc isoler le jour entre la charpente et le cadre pour éviter que le froid passe et crée de la condensation qui ferait geler la fenêtre en place.

Si le jour entre le cadre et la charpente est assez grand, on peut y mettre de la laine isolante, mais la mousse isolante est un isolant thermique plus efficace. Si vous utilisez de la laine minérale, il est important de ne pas l’écraser pour l’insérer, car l’air qu’elle contient sert à isoler. La laine écrasée contient moins d’air et ses qualités isolantes en sont diminuées.

La mousse isolante est liquide et au contact de l’air, elle prend de l’expansion et remplit tous les petits espaces vides entre les cales ou autres pièces de la charpente et du cadre. Il faut bien immobiliser le cadre, car l’expansion de la mousse isolante peut le pousser ce qui empêcherait la fenêtre d’ouvrir et de fermer correctement.

Avant d’injecter la mousse isolante, vous coupez des pièces de bois de charpente que vous placez à l’intérieur des montants du cadre à plusieurs endroits pour empêcher le cadre de la fenêtre de bouger lors de l’expansion de la mousse et empêcher la déformation du cadre.

Une fois la mousse bien sèche elle est dure comme du styromousse (styrofoam) et contient des bulles d’air qui servent à isoler. L’excédent de mousse fait une bavure que vous coupez avec soit un couteau à prélart ou un couteau Olfa. Vous pouvez maintenant poser le cadrage de moulures à l’intérieur et calfeutrer à l’extérieur.

La pose du cadrage des fenêtres
+
Voir la réponse

Les cadrages de moulures servent surtout à la décoration de la fenêtre. Le cadrage de boiserie sert aussi à tenir le cadre bien en place. La moulure est clouée avec des clous de finition de 1 et 2 pouces. Il faut être délicat en clouant pour éviter de fendre la boiserie, et installer les clous le plus loin des rebords des moulures ainsi qu’à plus de 2 pouces des bouts.

Pour couper les boiseries qui forment le cadrage, utilisez une boîte à onglets et une égoïne ou une scie à onglet électrique. Pour les moulures de bois franc, vous devez utiliser une scie à onglet radiale pour faire des coupes bien serrées. Vous les installez avec un marteau ou une cloueuse pneumatique. Cette dernière vous évite de devoir utiliser un poinçon ou chasse-clou, pour faire entrer la tête des clous en ajustant la pression.

Les coins des cadrages sont coupés à un angle de 45 degrés lorsque les moulures sont jointes ou à angle droit s’il y a installation de rosettes. Le cadrage est cloué au cadre à 1/8 de pouce du rebord intérieur de celui-ci. Vous commencez par la moulure de tête, ce qui vous permet d’ajuster le joint de la coupe à 45 degrés des montants pour qu’il soit le plus serré et ainsi, moins visible.

Les moulures des côtés sont coupées à angle droit 1/8 de pouce plus long que le bas du châssis. La moulure de l’allège, ou appui de fenêtre, est installée à l’inverse des autres moulures, le bout le plus épais du côté du rebord du cadre. La moulure d’allège dépasse les moulures des montants de 1/2 pouce et les bouts sont coupés à un angle de 15 degrés.

Vous pouvez utiliser de la colle à bois sur les joints des coupes des cadrages pour qu’ils puissent bien tenir lors du gauchissement de la fenêtre. Les clous de 1 pouce sont pour fixer le cadrage au cadre et les clous de 2 pouces sont pour le fixer au bois de charpente du mur. Si le revêtement du mur est plus épais, il faut utiliser des clous plus longs.

Une fois le cadrage bien installé, il ne vous reste qu’à utiliser le chasse-clou pour enfoncer la tête des clous un peu sous la surface du bois et ajouter une pâte de bois pour les cacher. Vous pouvez ensuite teindre, vernir ou peinturer les cadrages de vos fenêtres.

Faire une porte dans un mur
+
Voir la réponse

Pour faire l’ouverture d’une porte dans un mur, il faut disposer les montants, linteau et seuil de la bonne façon afin que le bois de la charpente ne bouge pas avec le temps.

Les montants sont les pièces de bois placés verticalement dans la confection de l’ouverture de la porte. Le linteau est la pièce qui est utilisée sur la partie du dessus de la porte, elle est en fait la tête de l’ouverture de la porte. Le linteau sert souvent à soutenir la structure au-dessus de la porte et l’empêcher de descendre avec le temps, ce qui nuirait au fonctionnement de la porte. Le seuil est la partie du bas de la porte.

Le linteau d’un mur intérieur ou extérieur est souvent formé d’une pièce de bois de charpente d’épinette de 2×6, un 2×8 ou un 2×10 qu’on utilise pour lui donner une bonne force. On en dispose un de chaque côté à l’égalité de l’extérieur de la charpente du mur pour installer facilement les chambranles. Le vide entre les deux pièces du linteau est isolé avec de la laine minérale ou de la mousse isolante, dans le cas des murs extérieurs.

Les montants doubles de chaque côté de l’ouverture de la porte sont cloués solidement ensemble. Une fois bien assemblées, les pièces de l’ouverture de la porte ne peuvent plus bouger; le linteau est solidement retenu par le montant intérieur. Vous pouvez installer la porte d’entrée et poser le revêtement du mur.

L'isolation du cadrage de porte
+
Voir la réponse

Le squelette d’un mur a toujours des trous de portes plus grands que le cadrage, ou chambranle de la porte à y installer. Un trou de charpente trop juste pourrait empêcher l’installation correcte du chambranle. On laisse habituellement 1 pouce de plus et on utilise des cales pour fixer le cadre. Il faut donc isoler le jour entre la charpente et le chambranle pour éviter que le froid passe et produise de la condensation qui ferait geler la porte en place.

Si le jour entre le cadrage et la charpente est grand, on peut y mettre de la laine de verre isolante, mais on utilise habituellement de la mousse isolante. Si vous utilisez de la laine minérale, il est important de ne pas l’aplatir pour l’insérer, car l’air qu’elle contient sert à isoler; si elle est compressée, elle contient moins d’air et isole moins bien.

La mousse isolante est plus efficace, car elle est liquide et au contact de l’air, elle prend de l’expansion et remplit tous les petits espaces vides entre les cales ou autres. L’inconvénient de cette expansion est que, si vous mettez trop de mousse, elle poussera sur le chambranle et peut empêcher la porte de fermer. Il faut donc prendre les dispositions pour éviter tout mouvement du cadrage de la porte.

Avant de mettre la mousse isolante, vous coupez des morceaux de bois de charpente de la longueur de l’intérieur des montants du chambranle et vous les installez à plusieurs endroits dans le cadre de la porte pour empêcher les montants de bouger vers l’intérieur lors de l’expansion de l’isolant et ainsi, empêcher la déformation du cadre.

Une fois la mousse bien sèche elle durcira comme du styromousse (styrofoam) qui contient des petites bulles d’air servant à isoler. L’excédent de mousse déborde et fait une bavure que vous n’avez qu’à couper avec un couteau à prélart ou un couteau Olfa. Vous êtes maintenant prêt à poser le cadrage de moulures à l’intérieur et le calfeutrage à l’extérieur.

La pose du cadrage de porte
+
Voir la réponse

Les portes ont habituellement un cadrage fait de moulures de bois qui sont fixées aux chambranles et au mur. Le cadrage d’une porte sert à tenir le chambranle bien en place et à donner un cachet décoratif. Le cadrage de porte est cloué avec des clous de finition de 1 et 2 pouces. Il faut être délicat pour ne pas faire craquer la moulure en la clouant et installer les clous le plus loin des rebords des moulures.

Les moulures qui forment le cadrage sont coupées avec une boîte à onglets et une égoïne, ou une scie à onglet radiale, et installées avec un marteau ou un marteau pneumatique. Le marteau pneumatique peut vous éviter de devoir utiliser un poinçon ou chasse-clou pour faire entrer la tête du clou et ainsi le camoufler avec une pâte de bois.

La coupe des coins du cadrage est faite à un angle de 45 degrés lorsque ceux-ci sont joints ensemble, ou à angles droits si vous installez une rosette dans les coins du cadrage pour donner un cachet plus rustique. Le cadrage est cloué aux chambranles à 1/8 de pouce du rebord intérieur de celui-ci. Vous commencez avec un des montants, puis la tête, et enfin l’autre montant de chambranle, ce qui vous permet d’ajuster le joint de la coupe à 45 degrés pour qu’il soit le plus serré et ainsi moins visible.

Certains utilisent de la colle blanche sur les joints de coupe des cadrages de portes pour qu’ils ne puissent pas bouger avec le gauchissement. Les clous de 1 pouce sont pour fixer le cadrage au chambranle et les clous de 2 pouces sont pour le fixer au bois de charpente du mur qui est habituellement recouvert de gypse. Si le revêtement du mur est plus épais, il faut utiliser des clous plus longs.

Une fois le cadrage bien solide, il ne vous reste qu’à utiliser un chasse-clou et votre marteau de finition pour les enfoncer un peu sous la surface du bois de moulure pour y mettre une pâte de bois et ainsi cacher la tête brillante du clou. Vous pouvez ensuite teindre, vernir ou peinturer le cadrage de porte.

Calfeutrer une porte ou une fenêtre
+
Voir la réponse

Le calfeutrage des portes et des fenêtres est très important, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur. Le but de calfeutrer est d’éviter les transferts d’air qui pourraient causer de la condensation et une détérioration des matériaux des murs, portes et fenêtres. C’est aussi d’éviter les infiltrations d’eau, surtout pour les seuils de portes et appuis de fenêtre.

Les murs extérieurs ont un jeu d’air entre le revêtement extérieur et la partie intérieure des murs. Si l’air peut circuler entre les murs et communiquer avec l’intérieur, il s’y fera une condensation. C’est pourquoi le calfeutrage doit être fait des deux côtés d’une porte ou d’une fenêtre ou autres orifices comme les prises d’air de sécheuses.

Les scellants pour calfeutrer sont en tubes que l’on utilise avec un fusil à calfeutrer. Avec la gâchette vous contrôlez la quantité que vous appliquez. Vous coupez un angle de 45 degrés à la toute extrémité du tube applicateur pour faire des joints de calfeutrant les plus étroits possible, tout en couvrant le jour entre le cadre et le revêtement.

Avant de calfeutrer, il est préférable d’enlever le vieux résidu de l’ancien calfeutrage, à moins qu’il soit assez faible pour être recouvert du nouveau produit. Vous pouvez l’amollir en le chauffant pour l’enlever plus facilement.

Pour poser le calfeutrage, vous collez le bout du tube à calfeutrer contre les deux parois à un angle de 45 degrés. Il faut l’appliquer de façon constante, car si vous arrêtez à tous les coups de gâchette, vous obtiendrez des bosses aux endroits où vous avez arrêté. Une application constante donnera un beau joint égal.

Il existe des produits pour calfeutrer à utiliser à l’extérieur ou à l’intérieur. Les produits intérieurs ne peuvent pas supporter les changements de température et les intempéries comme les produits à calfeutrer extérieurs. Ils viennent en différentes couleurs et sont aussi offerts en transparent.

Une fois le calfeutrage terminé, il sèchera et deviendra assez rigide, tout en conservant une certaine élasticité pour résister aux contractions et expansions des matériaux durant les changements de température et autres. Pour cette raison, tous les ans, il est bon de vérifier que les joints de calfeutrage de vos portes, fenêtres et autres sont en bonnes conditions.

Symbole d'efficacité énergétique par excellence
+
Voir la réponse

Nos produits permettent un meilleur rendement et une économie d’énergie tout en contribuant à protéger l’environnement.

Les produits de Portes et Fenêtres ISOTHERMIC sont maintenant homologués ENERGY STAR.

Il s’agit du symbole d’efficacité énergétique par excellence reconnu à l’échelle internationale.

En se conformant à cette norme, Portes et Fenêtres ISOTHERMIC vous offre un haut standard de qualité. Nos produits permettent un meilleur rendement et une économie d’énergie tout en contribuant à protéger l’environnement. En effet, les portes et fenêtres homologuées ENERGY STAR permettent de réduire les coûts d’énergie jusqu’à 12 %.

Comment répondre aux exigences ENERGY STAR?
+
Voir la réponse

Pour être homologué ENERGY STAR, un produit doit répondre à des niveaux précis d’efficacité énergétique établis pour quatre zones climatiques au Canada. La zone 1 est la plus chaude et la zone 3 est la plus froide.

Les zones climatiques ont été créées à l’aide des degrés-jours de chauffage (une mesure de la température moyenne annuelle).

Les niveaux d’efficacité mesurent à quel point les portes et fenêtres isolent contre le froid ou comment elles utilisent la chaleur du soleil comme complément au système de chauffage du bâtiment.

Plus le nombre de zones auxquelles un produit convient est grand, meilleur sera son rendement énergétique.

Le 1er février 2015, la carte des zones climatiques a changé. Les anciennes zones figurent ci-dessous.

Comment faire le bon choix de portes et fenêtres?
+
Voir la réponse

Il suffit de repérer les produits portant l’étiquette ENERGY STAR. Cette étiquette vous permet également de connaître la ou les zones où le produit est admissible. Assurez-vous que votre achat convient à la zone climatique visée!

Portes et Fenêtres ISOTHERMIC appose l’étiquette ENERGY STAR sur ses produits : ceci vous permet de reconnaître ceux qui sont les meilleurs de leur catégorie en matière d’efficacité énergétique.

Description de la condensation
+
Voir la réponse

La condensation est un phénomène très courant au Québec à cause des températures extrêmes que nous avons. Ainsi, la condensation se produit, en hiver, lorsque l’air de votre résidence entre en contact avec la surface très froide de votre fenêtre, ou de votre porte.

Plus les vitres de vos portes et fenêtres seront froides et l’air ambiant humide, plus la buée (condensation légère) se transformera en eau pour éventuellement même former de la glace sur la surface de vos thermos.

Après avoir remplacé vos anciennes fenêtres, vous pourriez noter la présence de condensation sur le bas des vitres intérieures. Ce phénomène est tout à fait normal et indique tout simplement que vos fenêtres sont mieux isolées et plus hermétiques. Étant plus étanches, vos fenêtres restreignent l’échange d’air avec l’extérieur et peuvent ainsi faire monter le taux d’humidité intérieur.

Vous trouverez dans ce document des conseils pour abaisser le taux d’humidité dans votre maison et également comment réduire les risques de condensation sur votre portes et fenêtres.

Contrôler la condensation sur vos portes et fenêtres
+
Voir la réponse

Pour éviter que de la condensation se forme sur vos vitres, il faut maintenir un taux maximum d’humidité à l’intérieur de votre domicile selon la température qu’il fait à l’extérieur.

Le tableau ci-contre vous présente les différents taux d’humidité recommandés selon la température extérieure :

Température extérieure Humidité relative intérieure
-28°C ou moins Pas plus de 15 %
-28°C à -23°C Pas plus de 20 %
-22°C à -17°C Pas plus de 25 %
-16°C à -12°C Pas plus de 30 %
-11°C à -6°C Pas plus de 35 %
-5°C à -4°C Pas plus de 40 %

Toutefois, il faut savoir qu’un certain niveau d’humidité est nécessaire à notre confort et notre santé. De fait, un maintien trop strict d’un faible taux d’humidité de votre résidence pendant une trop longue période peut avoir des conséquences désagréables pour vous ou tout autre occupant de votre résidence : peau sèche, voies nasales asséchées, voire avec des saignements et autres problèmes affectant les voies respiratoires.

Il faut donc, avant tout, tenir compte de votre bien-être, selon votre état de santé ou votre sensibilité à l’air sec, et accepter le fait qu’une légère condensation puisse se produire et la tolérer de temps en temps.

Prévenir la condensation : les techniques à votre disposition
+
Voir la réponse

La réduction ou l’élimination de la condensation nécessite, selon l’importance du phénomène, d’utiliser plusieurs techniques complémentaires.

Ainsi, pour minimiser les risques de condensation, voici les méthodes que vous pouvez utiliser :

  • HABILLAGES DE FENÊTRES

Pensez à éviter d’installer les stores et toiles à l’intérieur des cadres de fenêtres. Il est préférable de les installer sur la surface du mur en prenant soin de laisser de 5 à 10 cm entre la vitre et ces parures de fenêtres pour permettre à l’air chaud qui circule devant la vitre de réchauffer la surface et ainsi diminuer les risques de condensation.

Enfin, vous devriez retirer les moustiquaires de vos fenêtres à l’automne et les remettre au printemps pour que l’air puisse voyager plus facilement.

  • ADOPTER DES GESTES SIMPLES
  1. Réduisez la quantité de plantes vertes dans la maison, au moins pour l’hiver.
  2. Ne suspendez pas vos vêtements dans la maison pour les faire sécher.
  3. Assurez-vous que votre sécheuse est bien raccordée à l’intérieur et l’extérieur de la maison.
  4. Évitez les douches prolongées.
  5. Évitez de créer de grandes variations de température de l’air ambiant entre les différentes pièces de la maison.
  6. N’entreposez pas votre bois de chauffage dans votre sous-sol ou assurez-vous que votre bois est bien sec.
  7. Entrouvrez les stores, toiles et rideaux des fenêtres avant d’aller au lit, ce qui permettra à la chaleur provenant du système de chauffage de réchauffer le vitrage.
  8. Voyez à ce que les grilles de ventilation de votre domicile ne soient pas obstruées, pour leur permettre de fonctionner à pleine capacité.
  • UTILISER DES DISPOSITIFS D’EXTRACTION D’AIR HUMIDE

Selon la SCHL, « les ventilateurs de cuisine et de salle de bains constituent un élément important du système de ventilation résidentiel. Ils retirent une partie de l’humidité ».

Il est donc important de faire fonctionner votre hotte de cuisinière lors des cuissons et les ventilateurs de votre salle de bain lors des douches et bains. En outre, vous pourriez installer un échangeur d’air, ou remplacer le vôtre s’il est ancien, par un système de ventilation récupérateur de chaleur. Si ce n’est pas possible, vous pourriez vous équiper d’un déshumidificateur pour contribuer à réduire le taux d’humidité.

Sur les problèmes liés à la condensation, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) offre des documents très complets. Nous vous suggérons de télécharger et de lire les documents ci-dessous.

Thermos avec reflets
+
Voir la réponse

Le verre de haute performance énergétique doit son efficacité à la fine pellicule métallique qui le recouvre. On peut donc observer que ce verre a une teinte et un reflet différent du verre standard, qui lui, n’a pas de revêtement métallique. C’est ce revêtement qui réfléchi la chaleur vers l’intérieur de la maison et qui contribue à réduire la perte de chaleur. Il est donc considéré normal d’observer des reflets dans ce genre de verre. Il est évident qu’aucune garantie n’est attribuable à ce genre de défaut dans l’industrie du verre.

Critères de qualité des thermos et des vitraux
+
Voir la réponse

1- Introduction

Le présent document a été rédigé afin de donner à nos clients de l’information sur les méthodes d’inspection de nos produits et de connaître les différents critères d’acceptation de l’industrie. Vous pourrez ainsi expliquer aux clients pourquoi certains défauts ou imperfections ne sont pas couverts par les garanties.

2- Normes de qualités des thermos/vitraux (inspection)

Cette méthode a été résumée à partir des normes canadiennes et du Code du bâtiment. Selon les normes canadiennes, certains défauts sont acceptables selon la méthode d’inspection ci-dessous. Cette méthode permet à toutes les personnes concernées de vérifier les thermos de la même façon et avec les mêmes critères d’acceptation. Références : CAN CGSB 12.3-M, CAN CGSB 12.8-M, Code du bâtiment.

DÉFAUTS DU VERRE

Oeil ou bulle : Inclusion gazeuse dans le verre, a l’aspect d’une bulle d’air dans le verre.

Égratignure ou éraflure : Toute marque ou fissure à la surface et qui semble avoir été faite par un instrument tranchant ou rugueux.

Saleté : Dépôt à la surface intérieure des verres du thermos d’une matière étrangère.

Méthode d’inspection visuelle : S’il y a défaut, regarder le thermos en position verticale à la lumière du jour sans soleil direct ou à la lumière indirecte permettant ainsi d’observer chaque imperfection. Les défauts ne doivent pas être supérieurs aux dimensions dans le tableau et les égratignures ne doivent pas être décelables selon les distances inscrites dans le tableau.

Défauts Zone centrale Zone extérieure
Oeil Maximum de 1,5mm Maximum de 2,5mm
Égratignure Non visible à 3 pieds Non visible à 5 pieds
Saleté Non visible à 3 pieds Non visible à 5 pieds
Autre Non visible à 3 pieds Non visible à 5 pieds

La zone centrale est considérée comme formant, au centre du thermos, une surface qui ne dépasse pas 80 % de la surface totale. La partie restante est considérée comme la zone extérieure.

3- Normes de qualité des portes, fenêtres d’aluminium et de PVC (inspection)

Cette norme a été résumée à partir des normes de nos différents fournisseurs. Selon leurs normes, certains défauts sont acceptables selon la méthode d’inspection ci-dessous. Cette méthode permet à tous les gens concernés de vérifier les portes et les fenêtres de la même façon et avec les mêmes critères d’acceptation.

Défauts visibles Zone centrale
Bosse Non visible à 3 pieds
Égratignure Non visible à 3 pieds
Retouche ou défaut de peinture Non visible à 3 pieds
Vallon Non visible à 3 pieds
Autre défaut Non visible à 3 pieds
Comment évaluer la qualité des produits proposés?
+
Voir la réponse

Vous devez rechercher les produits certifiés CSA et ENERGY STAR, ceci vous assure qu’ils ont été testés par un laboratoire indépendant et de plus cela vous garantie une économie par son rendement énergétique.

Comment peut-on vérifier qu'un produit est certifié «CSA»?
+
Voir la réponse

ISOTHERMIC a fait tester tous ses produits et ils ont été approuvés CSA.

Que signifie Energy Star?
+
Voir la réponse

Le programme canadien ENERGY STAR pour les portes, les fenêtres et puits de lumière vous aide à choisir des produits écoénergétiques propres. Le territoire canadien a été divisé en quatre zones climatiques, A, B, C et D, la zone D étant la plus froide. Ainsi cela vous aide à choisir les produits qui doivent satisfaire aux exigences les plus rigoureuses. ISOTHERMIC est fier d’être un partenaire d’ENERGY STAR.

Fenêtres à battants, coulissantes et à guillotines? Porte jardin ou portes patio? Quel produit choisir?
+
Voir la réponse

Choisissez des portes et des fenêtres neuves qui comblent vos besoins et s’harmonisent avec le style de votre maison. Si vous remplacez toutes les portes et fenêtres, vous pouvez changer radicalement le coup d’oeil de la maison en optant pour des modèles complètement différents des existants. Faites appel à un conseiller professionnel qui vous aidera à étudier vos options, dans la vaste gamme de Portes et Fenêtres ISOTHERMIC Inc.

Qu'est-ce que le verre «Low-e»?
+
Voir la réponse

Le verre à faible émissivité (Low-e) est un verre clair thermos, double ou triple, auquel on a ajouté une couche métallique invisible qui laisse passer la lumière extérieure mais qui bloque le rayonnement de chaleur en provenance de l’intérieur de la maison. Le verre à faible émissivité peut être utilisé avec du gaz argon ou du gaz krypton. Le gaz krypton est peu utilisé, en raison de son coût, mais il est le plus isolant. L’avantage principal du verre à faible émissivité est la réduction des coûts énergétiques. En plus de la réduction des frais de chauffage en hiver, ce verre isolant réduit aussi l’apport d’énergie solaire en été, diminuant les frais de climatisation.

La pose de nouvelles fenêtres, avec Low-e, empêchera-t-elle la condensation?
+
Voir la réponse

Les problèmes de condensation et de givre sur les fenêtres sont courants. Il peut s’agir d’une légère buée sur certaines fenêtres ou d’un givre persistant couvrant toute la surface du verre à l’intérieure. Bon nombre de propriétaires achètent de nouvelles fenêtres et se rendent compte que le problème n’a fait qu’empirer. La condensation se produit lorsque la vapeur d’eau dans l’air est refroidie au point qu’elle se condense sur les surfaces froides en gouttelettes d’eau ou en givre. Une des solutions à ce problème consiste à réduire le niveau d’humidité dans la maison. Vous retrouverez des solutions sur le site de la Société Canadienne d’Hypothèque et de Logement (SCHL).

Que dois-je faire si j'ai un problème avec ma porte ou ma fenêtre ISOTHERMIC?
+
Voir la réponse

La première étape est de contacter le distributeur qui vous a vendu le produit ISOTHERMIC. Par la suite, une demande de service après-vente sera effectuée et un technicien qualifié ira chez vous pour faire la réparation.